Volvo a annoncé jeudi (23) qu’elle n’utiliserait plus de cuir dans la fabrication de ses voitures électriques. Le constructeur automobile suédois prévoit de lancer dans les années à venir une toute nouvelle gamme de voitures à batterie – une norme qui sera adoptée dans 100 % de la production d’ici 2030.

Au lieu du cuir, Volvo utilisera dans cette nouvelle ligne un composant appelé « Nordico », conçu et créé par l’entreprise elle-même, dans ce qu’elle dit être la « nouvelle norme pour un design interne haut de gamme ». Le « Nordico », explique le constructeur automobile, est constitué d’un alliage de textiles produits à partir de bouteilles en PET et de bouchons de liège recyclés et d’un « matériau bioattribué » provenant des forêts de Scandinavie.

Le nouveau composant ne fera ses débuts que sur le prochain modèle Volvo. Mais la C40 Recharge, lancée plus tôt cette année, est déjà le premier modèle à ne pas avoir de doublure interne en peau animale.

Volvo continuera d’offrir des options avec de la laine produite par des fournisseurs certifiés sur des voitures hybrides. À cet égard, l’entreprise affirme qu’elle cherche à assurer une traçabilité complète du bien-être animal dans sa chaîne d’approvisionnement.

« En tant que fabricant automobile progressiste, nous devons nous attaquer à tous les domaines de la durabilité, pas seulement au CO2 », déclare Stuart Templar, directeur mondial du développement durable de Volvo, dans un communiqué de presse. « L’achat responsable est un élément important de ce travail, y compris le respect du bien-être animal. Arrêter d’utiliser du cuir sur nos voitures purement électriques est une bonne nouvelle étape pour résoudre ce problème. »

Le Volvo C40 Recharge est déjà le premier modèle à ne pas avoir de doublure interne en peau animale (Volvo/Disclosure)

Un fabricant suédois veut réduire l’utilisation du plastique et du caoutchouc

Une autre proposition de Volvo consiste à réduire l’utilisation de produits issus du bétail et de composants tels que les plastiques, le caoutchouc, les lubrifiants et les adhésifs. À la fois en tant que partie intégrante du matériau de revêtement et en tant que partie intégrante des processus chimiques qui le composent.

De l’avis de Templier, bien que la recherche de nouveaux matériaux semble « difficile », il n’y a aucune raison de l’éviter. « C’est un voyage qui vaut la peine d’être entrepris », déclare l’exécutif. « Avoir un état d’esprit véritablement progressiste et durable signifie que nous devons nous poser des questions difficiles et essayer activement de trouver les réponses. »

Via le rapport de voiture électrique

En savoir plus :